Actualités

Écologie libérale dit un grand OUI à la loi sur l’électricité

Le 9 juin prochain, le peuple suisse devra se prononcer sur la loi sur l’électricité. Réunis en Assemblée générale le 6 mai, les membres d’Écologie libérale ont pris position à l’unanimité pour cette loi qui dynamise les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Cette loi est indispensable à la transition énergétique et aux ambitions climatiques qui attendent notre pays.

La présidente et Conseillère nationale du Centre, Marie-France Roth Pasquier rappelle : « Actuellement, nous dépendons à près de 60% des importations d’énergies fossiles pour répondre à nos besoins énergétiques et ceci sans compter l’uranium qui lui aussi est importé. Ceci rend notre pays très vulnérable à la géopolitique mondiale. Pourtant nous avons du soleil, du vent, de l’eau et de la biomasse pour pouvoir produire notre propre énergie. « Propre » dans tous les sens du terme. Ce sont des énergies indigènes et à faibles émissions de CO2. »

Cette loi ne comporte aucune taxe, elle fixe des objectifs, elle établit des conditions cadre favorables aux énergies renouvelables et elle permet de moderniser le réseau électrique.

Isabelle Chevalley, ancienne Conseillère nationale vert’libérale est clair : « Cette loi ne porte pas atteinte au paysage ou à la biodiversité bien au contraire. Un seul exemple : L’installation d’une seule éolienne qui produit 8GWh permet d’économiser 3000 tonnes de CO2 par année. Pour absorber la même quantité de CO2 avec des arbres, il faudrait 150’000 arbres ! Donc même s’il est nécessaire d’abattre quelques arbres pour pouvoir ériger des éoliennes, le bilan climatique est largement en faveur de ces dernières. »

Aujourd’hui nous devons importer de l’électricité l’hiver. Ceci fragilise notre économie. La loi prévoit des réserves hivernales grâce à nos barrages et soutien les différentes productions qui permettent un meilleur rendement durant l’hiver comme les éoliennes ou les panneaux solaires en altitude.

Cette loi contient également une liste de 16 projets de production hydroélectrique qui ont été négociés avec les différentes associations environnementales.

Enfin, la loi fixe aux fournisseurs des objectifs d’économie d’électricité importants. Ce point est très important car le kWh le moins polluant est celui qui n’est pas consommé.

Cette loi est le fruit de compromis, c’est pour cela qu’elle est soutenue par des personnalités de tous les partis politiques.

Écologie libérale vous invite à voter OUI à la loi sur l’électricité le 9 juin prochain.

Ecologie libérale veut lutter contre le littering des mégots de cigarettes

Lors de la dernière session parlementaire en décembre 2023, la présidente d’Ecologie libérale, Marie-France Roth Pasquier, a interpellé le Conseil fédéral pour lui demander d’introduire une obligation de modifier le packaging des paquets de cigarettes pour qu’ils incluent un cendrier.

Le mégot est certes un petit déchet mais il représente plus de 34% de l’incidence relative de tous les déchets jetés dans la nature. La ville de Genève a compté en 24 heures plus de 470’000 mégots jetés au sol. Cela représente 100 kg par jour. Si on extrapole ce chiffre sur l’année et sur la Suisse, cela représenterait plus de 1600 tonnes de mégots de cigarettes. Le coût pour la collectivité de ce nettoyage se monte à plus de 50 millions, soit le double du coût du nettoyage des emballages de plats à l’emporter. Marie-France Roth Pasquier l’affirme : « Ce n’est pas un petit problème. Il est temps d’agir. »

Une innovation suisse de Zemale Ag permet d’intégrer un cendrier directement dans le paquet de cigarettes en modifiant le packaging. De la même manière que l’on a obligé les fabricants de cigarettes à mettre des photos choquantes sur les paquets vendus pour sensibiliser le consommateur sur les méfaits du tabagisme sur sa santé, pourquoi ne pas obliger les fabricants de cigarettes à intégrer dans leur packaging un cendrier.

Il existe de nombreuses campagnes d’informations pour expliquer qu’il ne faut pas jeter son mégot par terre. Mais cela ne fonctionne pas vu les chiffres cités plus haut.

La présidente d’Ecologie libérale est claire : « Un seul mégot peut polluer 500 litres d’eau, la situation actuelle est totalement insatisfaisante, nous devons prendre de nouvelles mesures pour lutter contre ce fléau et cette innovation suisse est déjà une première piste. »

https://www.lematin.ch/story/parlement-elle-veut-un-cendrier-avec-chaque-paquet-de-cigarettes-102133353

Visite du chantier éolien de St-Croix

Romande énergie construit le premier parc éolien du canton de Vaud après 25 ans de procédure. Les membres d’Ecologie libérale ont eu la chance de visiter le chantier en ce mois de juillet 2023. L’énergie éolienne va devenir un des pilier de la production électrique hivernale. Cette énergie est complémentaire à l’énergie solaire et aux autres énergies renouvelables. L’avenir énergétique suisse est un mixte de toutes les énergies renouvelables.

Ecologie libérale se réjouit de voir tourner ces 6 éoliennes en octobre prochain.

Ecologie libérale soutient la loi climat

Le 18 juin prochain, le mouvement Ecologie libérale, qui regroupe des personnalités romandes de droite de tous les partis du Centre à l’UDC, va soutenir la loi climat. Cette loi fixe des objectifs indispensables en matière d’émissions de CO2 pour limiter les changements climatiques tout en accompagnant les entreprises et les citoyens.

Ecologie libérale a toujours fait la promotion de l’écologie et de l’économie. Il ne faut pas les opposer mais les allier. C’est bien ce que fait la loi climat. En mettant à disposition 200 mios par année pendant 10 ans pour l’assainissement des chauffages électriques et fossiles, cela va dynamiser ce secteur économique et dans le même temps les propriétaires pourront faire les travaux nécessaires pour se libérer des énergies fossiles.

Pour la présidente, Marie-France Roth Pasquier : « Chaque année, la Suisse dépense près de 10 milliards pour acheter de l’énergie fossile. Cet argent part en grande partie à l’étranger, il ne profite pas à nos entreprises. En se libérant des énergies fossiles, cela permettra non seulement de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre mais surtout de se libérer de cette dépendance envers l’étranger. »

Cette loi pourrait s’appeler : Switzerland first !

Isabelle Chevalley enchaine en ajoutant : « Nos entreprises ne sont pas oubliées puisqu’elles auront à disposition 200 mios par année pendant 6 ans pour des projets innovants. La Suisse est championne de l’innovation au niveau mondial. Le défi de la lutte contre les changements climatiques doit être vu comme une chance pour nos entreprises qui développeront des nouveaux procédés, produits et autres qui pourront profiter non seulement à la Suisse mais également au reste du monde. »

Pour toutes ces raisons, Ecologie libérale votera un grand OUI le 18 juin prochain et vous invite à en faire de même.

Une étiquette CO2, pour les denrées alimentaires, enfin ça bouge !

Le 3 mai 2023, le Conseil national a accepté un postulat de la CSEC (22.4275 Un label CO2 pour les denrées alimentaires non transformées). Ecologie libérale constate qu’il a fallu 17 ans pour que cette idée puisse enfin avancer au parlement. En effet, en 2006, l’ancien Conseiller national Pierre Kohler avait déposé un postulat demandant l’étude de la mise en place d’une étiquette CO2 pour les denrées alimentaires au nom d’écologie libérale qui avait développé ce concept. Ecologie libérale avait même fait des modèles d’étiquette pour montrer l’intérêt de ce concept.

Sur ces étiquettes, on peut constater la facilité de lecture du mode de production et de transport mais on voit aussi le classement en un coup d’œil. Simple, facile, efficace !

Pour que le consommateur devienne un consomacteur, il doit pouvoir disposer de ces informations. Espérons maintenant que le Conseil fédéral établisse rapidement ce rapport afin que cette idée puisse accompagner nos choix quotidiens. Ecologie libérale suivra attentivement le résultat et fera tout pour qu’une mise en œuvre rapide puisse se faire.

Visite du barrage du Grimsel

Le 21 août 2022, des membres d’Écologie libérale ont été visiter le chantier du barrage du Grimsel « Spitallamm ». La compagnie électrique KWO construit un nouveau barrage devant l’ancien qui date de 1932 et qui souffre de fissures. Ils auraient la possibilité de le rehausser mais des recours ont déjà fait perdre 18 ans au projet. Le barrage actuel produit 260 GWh et le rehaussement permettrait de produire 240 GWh supplémentaires. Dans le contexte géopolitique et climatique actuel, on peine à comprendre cette opposition même pour des raisons d’impact environnemental. Il ne faut pas se tromper de combat.

Nous avons le plaisir de partager avec vous cette petite vidéo de notre visite de ce chantier fantastique.

Visite du barrage du Grimsel, août 2022


Plus d’informations sur le chantier :

https://www.grimselwelt.ch/fr/visites-guidees/chantier-de-spitallamm/

Réflexion sur la crise énergétique et le comportement humain